Conferences@934 : La responsabilité de protéger (19 janvier)

Le Consulat général de France et le programme Alliance de l’Université de Columbia présentent :

JPEGLa responsabilité de protéger : un nouvel outil au service du maintien de la paix ?

Débat avec :

- Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les opérations de maintien de la paix

- Michael Doyle, Professeur de politique étrangère et de sécurité des Etats-Unis à l’Université de Columbia

Jeudi 19 janvier 2012 à 18h30

Consulat Général de France
934 Fifth Avenue New York, NY 10021
(entre 74th et 75th Streets)

Pour assister à la conférence RSVP : rsvp.new-york-fslt@diplomatie.gouv.fr

Héritière du droit d’ingérence, la notion de "responsabilité de protéger" a été endossée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2005. Lorsqu’un Etat se montre incapable ou non désireux de protéger sa population face aux crimes les plus graves (génocides, crimes de guerre, nettoyages ethniques et crimes contre l’humanité), il revient à la communauté internationale la responsabilité subsidiaire d’assurer cette protection, en autorisant si nécessaire une intervention militaire décidée par le Conseil de sécurité. Les résolutions du Conseil de sécurité sur la situation en Libye rappellent ainsi "que les autorités libyennes ont la responsabilité de protéger le peuple libyen". La responsabilité de protéger est-elle un nouvel outil au service du maintien de la paix ? Quelles formes d’action collective peut-elle justifier ? Comment définir la frontière entre la responsabilité de protéger et le respect de la souveraineté des Etats ?

JPEGHervé Ladsous est le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les Opérations de maintien de la paix depuis octobre 2011. M. Ladsous est reconnu par ses pairs dans le monde entier pour sa capacité à établir un consensus, à gérer les crises, et pour son sens politique.

Entré aux Ministère des Affaires étrangères en 1971, M. Ladsous y a occupé de nombreux postes. Jeune diplomate il a été nommé à Hong Kong, Canberra, Pékin, ainsi qu’à la mission permanente auprès de l’ONU à Genève. Directeur général adjoint au département des Amériques en 1990-1992, il a été chargé d’affaires à Haïti de 1991 à 1992 , avant d’être nommé représentant permanent adjoint auprès de l’ONU à New York (1992-1994).

En 1997, M. Ladsous a été nommé Ambassadeur de France, représentant permanant à l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) à Vienne, puis Ambassadeur de France en Indonésie et au Timor-Leste (2001-2003). Par la suite, il a occupé divers postes à Paris, notamment celui de Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères (2003-2005) ou encore de Directeur général pour l’Asie et l’Océanie (2005-2006). Il a également été Ambassadeur de France en République populaire de Chine (2006-2010), avant de devenir Directeur de cabinet d’Alain Juppé, Ministre des Affaires étrangères et européennes, jusqu’en 2011. En 2009, Hervé Ladsous a reçu les insignes d’Officier de la Légion d’Honneur.


JPEGMichael Doyle est Harold Brown Professor de politique étrangère et de sécurité des Etats-Unis à l’Université de Columbia. A ce titre, il enseigne à l’Ecole des Affaires internationales, au Département des Sciences politiques, et à l’Ecole de droit. Ses champs de recherche portent sur la théorie des relations internationales, l’histoire et le droit international ; sur les guerres civiles et le maintien de la paix ; et sur les Nations Unies. Depuis 2006, M. Doyle est membre du Fonds de l’ONU pour la démocratie établi en 2005 par l’Assemblée générale de l’ONU, afin de promouvoir la démocratisation dans le monde entier. Il préside aujourd’hui cette organisation.

En 2001, Michael Doyle a été nommé membre de l’American Academy of Arts and Sciences. En 2009, il devient membre de l’American Philosophical Society, puis, au courant de la même année, il reçoit le prix de Charles E. Merriam de la part de l’American Political Science Association.

Michael Doyle a précédemment été assistant du Secrétaire général et conseiller politique spécial auprès du Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan. Il a enseigné à Princeton, John Hopkins et l’Université de Warwick au Royaume-Uni. A Princeton, Doyle a dirigé le Centre d’Etudes internationales. Il a été vice-président et membre honoraire de l’Académie de Paix internationale, et est toujours membre de son bureau.

Discours de M. Philippe Lalliot, Consul General de France à New York

Dernière modification : 20/01/2012

Haut de page