Déclarations suite à la disparition de M. Richard Descoings

Déclaration du Président de la République M. Nicolas Sarkozy

Paris, le 4 avril 2012

Le président de la République vient d’apprendre le décès brutal, à New York, de Richard Descoings, Directeur de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Le chef de l’Etat adresse à son épouse, à sa famille et à ses proches ses condoléances les plus attristées.

Le président de la République tient à rendre hommage à la carrière exceptionnelle d’un grand serviteur de l’Etat, qui aura consacré toute sa vie à la cause qu’il s’était choisie et dont rien ne l’avait détourné : l’éducation. Richard Descoings a contribué plus qu’aucun autre de sa génération au rayonnement de l’enseignement supérieur français. En près de 16 années à la tête de « Sciences Po », il a fait de cette vénérable institution qu’il a très profondément réformée un établissement de réputation mondiale. Pionnier de l’ouverture à l’international et de la recherche des nouveaux financements, travailleur infatigable et passionné, il n’a eu de cesse d’inventer en permanence, dans un monde plus volontiers soucieux de ne pas bousculer les habitudes.

Issu de la bourgeoisie, sorti dans la « botte » de l’ENA, Richard Descoings était épris de justice sociale. Il se heurta à une hostilité quasi générale quand il suggéra les « conventions ZEP », mais il s’en moqua et imposa l’idée. Ce dispositif, qui permet à des élèves méritants de lycées défavorisés d’accéder à « Sciences po », marqua un tournant historique dans la prise de conscience en France de ce scandale que constitue la reproduction sociale des élites. Depuis, la nécessité d’une action volontariste pour ouvrir davantage les grandes écoles est devenue une évidence.

Il y a trois ans, le chef de l’Etat l’avait personnellement chargé d’une mission sur l’avenir du lycée, auquel Richard Descoings avait consacré plusieurs mois de travail, se lançant dans un long tour de France à la rencontre des lycéens. Son rapport, remis en juin 2009 à l’Elysée, est à l’origine de la réforme mise en œuvre à la rentrée 2010, réforme qui place l’égalité des chances au cœur des priorités et fait rentrer le lycée français dans le XXIe siècle.

Réelu en 2011 pour un quatrième mandat à la tête de l’Institut d’Etudes Politiques, Richard Descoings s’était fixé le nouveau défi de faire de son établissement non plus simplement un lieu de formation des élites, mais également un grand centre de recherches. Le destin ne lui aura pas permis d’achever ce projet.

Déclaration du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires étrangères et européennes M. Alain Juppé

Paris, le 4 avril 2012

Je viens d’apprendre avec une très vive émotion le décès aujourd’hui à New-York de Richard Descoings, directeur de l’institut de sciences politiques de Paris.

Le Consul général de France à New-York s’est immédiatement rendu sur place et s’est aussitôt mis en contact avec les autorités concernées de la ville de New-York. Il est également en contact permanent avec la famille de notre compatriote.

Je présente mes condoléances et exprime toute ma sympathie à la famille et aux proches de Richard Descoings. Dans ces moments douloureux mes pensées vont à son épouse, Nadia Marik. La France a perdu aujourd’hui un éminent représentant de l’école française de sciences politiques, un infatiguable acteur du rayonnement universitaire de notre pays dans le monde, un remarquable artisan du renouveau d’une institution phare de l’universitaire française.

En ce moment de grande tristesse, je rends hommage à la mémoire d’un homme de passion qui n’a eu de cesse de s’engager en faveur de l’égalité et de l’accès de tous au savoir.

Déclaration du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche M. Laurent Wauquiez

Paris, le 4 avril 2012

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Richard Descoings, directeur de Sciences Po.

Dans ces circonstances douloureuses, mes pensées vont d’abord à ses proches et à tous ceux qui l’aimaient. Je pense aussi aux enseignants et aux étudiants de Sciences Po qui viennent de perdre un collègue, un ami et un grand directeur.

J’ai eu la chance de le connaître d’abord comme étudiant puis au travers du Conseil d’Etat et enfin dans mes fonctions officielles.

C’était un homme de passion et de vision et c’était mon ami.

Je garde un profond respect pour Richard Descoings qui s’est consacré sans compter à la réussite de Sciences Po et de ses élèves.

Il restera celui qui aura su faire prendre à cette institution les grands tournants stratégiques qui s’imposaient. Avant beaucoup d’autres il a senti les changements nécessaires et a su les concrétiser grâce notamment à une politique volontariste d’internationalisation des enseignements et des cursus ou par son engagement précoce dans le système LMD.

Richard Descoings a transformé l’école de façon irréversible et décisive.

Son dynamisme et son enthousiasme mais aussi son goût pour les idées nouvelles lui ont donné la force de réviser de nombreuses idées reçues, la force de bousculer les pratiques anciennes et la volonté de proposer des dispositifs innovants ou pionniers notamment pour diversifier le recrutement de son école. Il s’est ainsi attaqué très tôt au thème qui m’est cher de l’ascenseur social.

Incontestablement, Richard Descoings aura beaucoup modernisé Sciences Po. Il reste celui qui lui aura permis d’entrer de plein pied dans la compétition mondiale. J’ai pu mesurer cette envie de faire réussir son école au travers de son investissement dans le projet d’Initiative d’Excellence à laquelle appartient Sciences Po. C’était un nouveau challenge auquel il s’était attelé avec enthousiasme. Il en parlait avec conviction.

Communiqué de presse de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Sciences Po)

Paris, le 4 avril 2012

Monsieur Jean-Claude CASANOVA, président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, et Monsieur Michel PEBEREAU, président du Conseil de Direction de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, ont la profonde tristesse d’annoncer la mort de Richard DESCOINGS.

Richard DESCOINGS est mort ce mardi 3 avril 2012 en milieu de journée à New York.

Richard DESCOINGS représentait l’Europe dans une réunion des grands leaders d’universités, le Global Colloquium of University Presidents, sous l’égide du Secrétaire général des Nations Unies.

Pour tous ceux qui enseignent, travaillent et étudient à Sciences Po, la disparition de Richard DESCOINGS est une perte irréparable. En seize années de direction, Richard DESCOINGS a accompli une œuvre extraordinaire qui a profondément transformé Sciences Po. La ferveur des étudiants pour leur directeur était exceptionnelle et marquera très durablement l’institution.

Monsieur Jean-Claude CASANOVA et Monsieur Michel PEBEREAU adressent leurs plus sincères condoléances, en leur nom et aux noms des étudiants, enseignants et personnels de Sciences Po, à sa femme et à sa famille.

Statement by Secretary-General Ban Ki-moon and Columbia University President Lee C. Bollinger (host of 2012 Global Colloquium of University Presidents)

New York, 3 April 2012

We are deeply saddened by the sudden death of our colleague Richard Descoings, the Director of Sciences Po, one of the world’s top universities. He was a global leader on education policy, recognized and honoured both in France and around the world for his contributions to research and policy. He focussed much of his energy on expanding access to the university.

M. Descoings was also Administrator of the Fondation Nationale des Sciences Politiques. He had travelled to New York to participate along with two dozen fellow university presidents in the Global Colloquium of University Presidents, an annual gathering convened by five leading American research universities and the United Nations.

Our hearts and condolences go out to the Descoings family and many friends, and to the entire Sciences Po community.

Dernière modification : 05/04/2012

Haut de page