"Hélène Berr, une vie confisquée"

Une exposition, une lecture. Hommage à Hélène Berr au Consulat général de France


JPEGL’exposition « Hélène Berr, une vie confisquée », organisée par le Mémorial de la Shoah, a été présentée au siège des Nations Unies à New York dans le hall des visiteurs du 25 janvier au 13 mars. Débordant le cadre du journal et de la personnalité d’Hélène Berr, jeune déportée française, l’exposition s’élargit au contexte politique de la condition des juifs pendant l’occupation.
 
Le Consul général de France a souhaité marquer la clôture de cette exposition et évoquer cette page de la mémoire collective en accueillant un événement unique dans le salon de réception orné de la tapisserie relatant l’épisode de Mardochée du « Livre d’Esther », en cette semaine qui célèbrera la fête de Purim.
 
A l’invitation du Consul Général Philippe Lalliot, et du Rabbin Levy Djian, Président de l’Association "Torah on demand", et en présence de :

- Mariette Job, nièce d’Hélène Berr,
- de M. Menahem Rosensaft, Vice Président de la Fédération mondiale des survivants du camp de concentration de Bergsen-Belsen,
- de Madame Françoise Cestac, Présidente de l’Organisation Culturelle Francophone des Nations Unies,
la comédienne Guila Clara Kessous, Chevalier Arts & Lettres, PhD et chercheur de l’Université d’Harvard, a lu l’adaptation théâtrale du Journal d’Hélène Berr, puis sa nièce, Mariette Job, a relaté l’histoire de la découverte tardive du manuscrit de sa tante.

Video : "Ceci est mon Journal" (extraits)


Comédiens :
- Hélène Berr : Guila Clara Kessous
- Jean Morawiecki : Thierry Paulmier
- Voix d"hommes : Theodore Boy
- Voix de femmes : Marie-Hélène Brabant
- Voix d’enfants : Sean O’bradaigh


- Lire le discours du Consul général :
"Les persécutions infâmes dont fut victime la communauté juive française pendant la seconde guerre mondiale ne sont ignorées d’aucun d’entre nous. Pourtant, il est nécessaire, j’en suis convaincu, d’entendre ces mots écrits par ceux qui les ont vécues, pour toujours nous rappeler ce qui doit ne jamais recommencer."

Le destin d’une jeune fille pleine de vie



JPEGHélène Berr est née le 27 mars 1921 à Paris. Ses parents sont tous deux d’origine juive, de vieille souche française. Hélène est une étudiante brillante : elle obtient, en juin 1942 son diplôme d’études supérieures de langue et littérature anglaises, mais ne peut s’inscrire pour préparer le concours de l’agrégation du fait de la législation antisémite mise en place par le régime de Vichy.
Restée à Paris, où elle demeure avec ses parents, elle est un témoin direct du sort des Juifs. Hélène et ses parents sont arrêtés à leur domicile au matin du 8 mars 1944.
Transférés à Drancy, ils sont déportés le 27 mars 1944, jour du 23e anniversaire d’Hélène. Celle-ci survit à ses parents, qui ont succombé en mai et septembre 1944. Quotidiennement, elle consigne dans son journal toutes ses observations et réflexions. Transférée à Bergen-Belsen en novembre 1944, elle y meurt en avril 1945, cinq jours avant la libération du camp par les troupes anglaises.


JPEG - 59.7 ko
Mariette Job

Le 21 mai 2002, Mariette Job, sa nièce, se rend au Mémorial de la Shoah pour confier un un exemplaire dactylographié du journal de sa tante, Hélène Berr. Un mois plus tard, c’est le manuscrit orignal du Journal qui est confié puis donné au service des archives du Mémorial.

En savoir plus

- The Forward
- Memorial de la Shoah : le site de l’exposition "Hélène Berr, une vie confisquée"
- Le discours du Consul général
- Les photos de l’événement sur la page Flickr du Consulat

Dernière modification : 05/04/2011

Haut de page