Voeux du Consul général au personnel des services français de New York

Visionnez la vidéo des voeux du Consul général et retrouvez son making-of en photos en cliquant ici
 

 
Le 11 janvier 2011, le Consul général de France à New York, M. Philippe Lalliot, a adressé ses voeux au personnel des services français de New York.

JPEG - 94.9 ko


 




JPEG - 97.8 ko


 
Discours du Consul général :

Mesdames et Messieurs les Conseillers à l’Assemblée des Français de l’Etranger,
Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

C’est avec grand plaisir que je vous accueille, avec toute l’équipe du Consulat général, pour cette traditionnelle cérémonie des vœux du Nouvel an. C’est une belle occasion de nous retrouver tous ensemble en ce début d’année. Je veux d’abord tous vous remercier pour votre présence ce soir.

Avant toute chose, je souhaite, à chacune et à chacun d’entre vous, à vos familles et à vos proches, une belle et heureuse année 2011. Qu’elle vous apporte la santé, le bonheur sur le plan personnel et familial ainsi que la réussite dans vos projets professionnels. Ces vœux, je souhaite aussi les adresser à travers vous à l’ensemble de la communauté française et à tous nos amis américains de New York, du New Jersey, du Connecticut et des Bermudes.

Mesdames et Messieurs,

L’année 2010 a été difficile pour beaucoup de Français, en France mais ici aussi, à New York et dans sa région. Les effets de la récession, débutée il y a trois ans, se font toujours sentir, dans les projets de long-terme comme dans la vie quotidienne.

C’est l’une des premières missions du Consulat que d’apporter aide et assistance aux plus vulnérables de nos compatriotes. Nous le faisons en étroite collaboration avec des associations dont je veux ici saluer une nouvelle fois la disponibilité et le dévouement, qu’il s’agisse de L’Entraide française, d’Accueil New York, de l’Age d’Or ou de tout le réseau de nos organisations philanthropiques.

Cette mission est essentielle à mes yeux. Elle ne peut être menée à bien par les seuls services de l’Etat, même s’ils sont en première ligne, et je me réjouis de l’esprit de responsabilité et de solidarité manifesté par la communauté française, chaque fois que j’ai eu à la solliciter.

C’est le même effort collectif, le même engagement et la même cohésion qui sont nécessaires pour défendre nos intérêts, de quelque nature qu’ils soient, aux Etats-Unis, et particulièrement à New York.

Je le répète souvent, vous êtes la vitrine du savoir-faire et de l’excellence française à l’étranger, dans une ville aussi dynamique mais également aussi exigeante que New York. Dans tous les domaines, vos réussites personnelles et professionnelles sont le gage de l’amélioration durable de l’image de notre pays. Ensemble, nous devons poursuivre nos efforts pour renforcer l’attractivité de notre pays, qui conditionne notamment le développement des investissements américains en France.

Vous êtes les ambassadeurs d’une France qui, loin de clichés souvent coriaces, s’adapte au monde contemporain et se réforme pour mieux avancer. Notre rôle, celui du Consulat général mais plus largement de tous les services français, à New York et dans sa région, est d’accueillir et d’informer ; il est de conseiller ces Français qui créent et qui innovent ; il est d’aider les entreprises françaises qui sont notre fierté ici.

Je suis convaincu de ce point de vue que nous pouvons faire beaucoup mieux, ne serait-ce qu’en coordonnant plus étroitement l’action de nos différents services. C’est un objectif que nous nous sommes fixés pour 2011 avec les institutions qui animent la relation franco-américaine : la Chambre de Commerce dont je salue la nouvelle Présidente, Elsa Berry, les Conseillers du Commerce extérieur, la French-American Foundation, le FIAF, les établissements scolaires français, et bien d’autres encore. L’heure est au jeu collectif et à l’esprit d’équipe. Nous devons chasser en meute.

Chers Amis,

Dans ses vœux télévisés du 31 décembre dernier, le Président de la République a rappelé les efforts déjà consentis et les réformes déjà engagées qui nous ont permis d’atténuer, mieux que nombre de nos partenaires, le choc de la récession : le crédit d’impôt pour les entreprises innovantes, la réforme des universités, le grand emprunt qui bénéficie notamment à la recherche, la réforme des retraites, pour n’en citer que quelques unes.

Il a rappelé également que 2010 a été une année éprouvante pour l’Europe, avec les crises grecque et irlandaise. Mais l’Union européenne a tenu. Elle nous a protégé et nous protège encore. Elle a aussi apporté la preuve que l’euro n’est pas seulement une construction économique ; la monnaie commune est aussi la mesure du projet politique de l’Europe, pour la France comme pour nos partenaires européens.

Le Président de la République a aussi fixé la feuille de route pour les mois à venir. Les réformes, qui commencent à porter leurs fruits, seront poursuivies, dans le strict respect de nos principes républicains. Pour reprendre ses propres termes, « il nous faut continuer inlassablement à renforcer nos atouts et à effacer nos points faibles, en étant plus compétitifs, en formant mieux nos jeunes, en travaillant mieux, en réduisant nos dépenses publiques et nos déficits, sous peine de voir notre indépendance gravement menacée. Nous allons donc continuer à réformer parce que c’est la seule façon de préserver notre modèle et notre identité. C’est la seule façon de protéger la France et les Français ».

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, la France exerce cette année la lourde et exaltante responsabilité de la double présidence du G8 et du G20. Le Président de la République, accompagnée de Michèle Alliot-Marie et de Christine Lagarde, était hier à Washington et à New York pour discuter des priorités françaises avec le Président Obama. Il a souligné notre volonté de travailler main dans la main avec les Etats-Unis. Après ses visites de septembre et de mars 2010, ce voyage est une nouvelle marque de l’étroitesse de nos liens et de la confiance qui préside à nos relations.

Notre programme pour les mois à venir est en effet ambitieux, à la mesure des défis auxquels nous sommes collectivement confrontés, qu’il s’agisse de la régulation financière, de la stabilisation des marchés de matières premières, du système monétaire international, de la protection de l’environnement, du financement du développement ou de la gouvernance mondiale.

Les sujets engageant notre sécurité collective sont également au cœur de nos préoccupations, qu’il s’agisse de la lutte contre le terrorisme, où nous venons de payer le prix le plus lourd avec l’assassinat au Niger des deux otages français, ou des grandes crises internationales, de la Corée du Nord à la Côte d’Ivoire, en passant par l’Afghanistan, l’Iran et le processus de paix au Proche-Orient. Je voudrais ici rendre hommage à nos troupes déployées dans les zones de conflit les plus dangereuses, à l’heure où nous déplorons la mort d’un caporal-chef du RICM de Poitiers au cours d’une opération dans la région de Tagab.

Comme l’a dit le Président Sarkozy, « la France défendra l’idée d’un monde plus régulé, moins brutal où l’interdépendance oblige chacun à davantage écouter l’autre. Elle défendra vigoureusement ses intérêts sans jamais renoncer à ses valeurs, quant au multilatéralisme, au respect des droits de l’Homme, au combat pour le développement et à l’impératif de la protection de notre planète ». C’est une entreprise de longue haleine qui exige patience, persévérance et courage.

Chers Amis,

Je vous avais dit l’année dernière que notre objectif était d’ouvrir davantage encore le Consulat. Nous nous y sommes efforcés en y organisant des conférences avec des invités prestigieux et des réceptions rassemblant un public toujours plus divers. Je n’en prendrai que trois exemples avec le gala de charité « Build a School and Build a Life » tenu au profit d’une école de Haïti et d’une école de Harlem, le concert de jazz de la Juilliard School à la mémoire des victimes du 11 septembre et la remise des insignes de la Légion d’honneur à 19 vétérans américains par des élèves du lycée français le 11 novembre dernier.

Nous continuerons dans cette voie cette année, en poursuivant notamment notre cycle de conférences et la série de rencontres autour d’une personnalité française, lancée avec LVMH à l’automne dernier avec comme premiers invités Henri Loyrette et Christophe de Margerie. J’en profite pour vous annoncer un événement un peu atypique qui se tiendra ici pour la St Valentin : une rencontre champagne et chocolat.

Le Consulat, ce sont les services ici présents, les événements, mais aussi notre présence sur la Toile, qui participe d’une politique de communication moderne afin de faire mieux connaître notre pays et de promouvoir ses intérêts. A cet égard, je vous invite tous à consulter régulièrement notre site, et à rejoindre nos réseaux Facebook et Twitter. Notre site évolue ; vous pouvez par exemple y trouver des interviews de personnalités françaises installées à New York, les recettes du chef du Consulat, et une nouvelle rubrique de chroniques new-yorkaises.

Je voudrais pour finir remercier mes collaborateurs pour le travail qu’ils ont accompli l’année dernière : 2 visites présidentielles, une dizaine de visites ministérielles, une trentaine de visites de parlementaires, près de 300 réceptions, plus de 13 000 invités au Consulat, des élections à l’AFE sans anicroches (qu’il me soit permis de saluer nos élus présents avec nous ce soir), une semaine de volcan gérée avec une grande efficacité et je vous passe les milliers de visas délivrés et les centaines de dossiers de bourses scolaires. Tout cela fait dans des conditions difficiles, alors que nous rénovions entièrement les locaux du rez-de-chaussée de ce bâtiment. Je voudrais ici dire non seulement la fierté, mais aussi le plaisir, que j’éprouve chaque jour à diriger une équipe aussi efficace et dynamique.

Tous mes vœux de bonheur encore à toutes et à tous. Bonne soirée.

Dernière modification : 26/12/2012

Haut de page